Coups de coeur et Cie


Rêve de soie…

 

images.jpg

 

J’ai rêvé que tes mains me parcouraient

Avec délice, gourmandise et curiosité

J’ai rêvé que soudain tes mains me caressaient

Avec une infinie douceur et sensualité

J’ai rêvé que tes mains enfin s’attardaient

Avec bonheur dans la vallée de mon intimité

 

J’ai rêvé que c’était moi que tu désirais

Avec fièvre, ardeur et sincérité

J’ai rêvé que c’était moi qui suscitais

Avec fougue ce désir exprimé

J’ai rêvé que c’était moi que tu adorais

Avec tous ces défauts et si peu de qualités

 

J’ai fait un rêve où je me déshabillais

Le corps et l’âme pour le plaisir de me dévoiler

J’ai fait un rêve où toi tu me déshabillais

Le corps surtout pour mieux me savourer

J’ai fait un rêve…….un rêve qui me plaît

Un doux et merveilleux rêve tout éveillée.

(13/04/2010)


Dis, quand reviendras-tu ?

 

Sublime interprète, magnifique chanson

Emotion rare et doux frisson …

 

Image de prévisualisation YouTube

(9/04/2010)


Welcome to Cabaret !!

« Non, merci ! non, merci ! non, merci ! Mais… chanter, Rêver, rire, passer, être seul, être libre, Avoir l’œil qui regarde bien, la voix qui vibre, Mettre, quand il vous plaît, son feutre de travers, Pour un oui, pour un non, se battre, – ou faire un vers ! Travailler sans souci de gloire ou de fortune, À tel voyage, auquel on pense, dans la lune ! N’écrire jamais rien qui de soi ne sortît, Et modeste d’ailleurs, se dire : mon petit, Sois satisfait des fleurs, des fruits, même des feuilles, Si c’est dans ton jardin à toi que tu les cueilles !
Puis, s’il advient d’un peu triompher, par hasard,
Ne pas être obligé d’en rien rendre à César,
Vis-à-vis de soi-même en garder le mérite,
Bref, dédaignant d’être le lierre parasite,
Lors même qu’on n’est pas le chêne ou le tilleul,
Ne pas monter bien haut, peut-être, mais tout seul ! »                                                                                                                                        Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac, Extrait de l’acte II, scène VIII-1897

cabaret593725.jpg

Ces vers m’inspirent toujours cette passion qui m’habite……….Tout commence par un  accordéon qui doucement se déhanche  pour enfin danser sous les mains du musicien. Un piano vient ensuite  livrer ses notes une à une comme un poète vous offre ses mots . L’écho d’un coeur , mon coeur  qui bat et s’accélère avec le rythme de la musique. Puis arrive la délivrance…les rideaux s’ouvrent, les projecteurs s’allument  et j’entre en scène  …

Se lancer, se livrer, tomber, se relever et persévérer encore et encore….Accepter la critique, toujours, celle qui construit . Ne jamais croire avoir réussit, être vigilant, toujours, pour mieux donner la fois prochaine ……et puis contrairement à ce qu’on pense, ne jamais jouer…… donner ce que l’on a…sans tricher…..  A corps perdu, à coeur ouvert .

Inexplicable et unique sensation que celle de partager avec un public l’émotion d’un texte ou d’une chanson. Sans aucune prétention, avec beaucoup d’humilité, pour avoir trébuché tant de fois, mais juste avec l’envie de vous faire part de cet indescriptible moment. Instant précieux où chaque fois le temps s’arrête et la magie s’installe…

« Ne pas monter bien haut , peut-être, mais toute seule ou presque……… avec vous et pour vous…. »
(05/04/2010)

 

 

 


Un coup de dés... |
nabil |
Vigne et cheval |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | c mina3
| Justina Angebury
| Réservation 2010 - Furet / ...